R2DS Île-de-France

Réseau de Recherche sur le Développement Soutenable

Accueil > Projets de recherche > Année 2005

Migrations internationales, impact territorial des transferts et développement local durable au Sud et au Nord

Coordination : QUESNEL André - IRD

Objectifs scientifiques

Le projet a pour objet les migrations internationales sous l’angle de leur impact en matière d’organisation territoriale à l’échelle locale et régionale, tant au Sud qu’au Nord. Le questionnement porte sur les rapports de dépendance qui s’établissent entre les territoires concernés par les mouvements de population et les transferts monétaires qui les accompagnent. Il porte plus particulièrement sur la restructuration des marchés du foncier, du logement, de l’emploi ainsi que sur le développement des services de tout ordre, notamment sanitaires et scolaires, qui découle de ces migrations.

Problématique

Dans les vingt dernières années, les mouvements migratoires internationaux Sud-Sud et Sud-Nord se sont intensifiés et les espaces migratoires issus des colonisations se sont considérablement transformés sous l’effet de la création des zones de libre-échange, des politiques migratoires et de la crise des systèmes d’activités des pays du Sud. Les migrations internationales, indissociables des migrations internes, ont ainsi accentué les différenciations locales et régionales tant au Sud qu’au Nord.

On assiste à une diversification des trajectoires et des installations des migrants internationaux en terme de durée de séjour, de secteur d’activité occupé, de situation familiale et de relation avec la région d’origine. Autrement dit, les projets migratoires des migrants et de leur famille, selon les objectifs économiques et sociaux qui les sous-tendent, s’inscrivent dans une diversité de lieux. Partout au niveau local, à coté des migrants et de leur famille, d’autres acteurs, publics et privés, interviennent à différents registres pour contrôler, canaliser et s’approprier la rente migratoire.

Dans la perspective des pays du Sud, prenant en compte la multiplicité des espaces migratoires (espaces frontaliers, urbains et péri-urbains ; les pôles de développement, de transit, etc.) et la diversité des situations des migrants, on analysera les processus d’ancrage, de stabilisation, de pérennisation ou de déshérence des activités économiques et sociales dans lesquelles s’impliquent ces migrants. Dans la perspective de la région Ile-de-France, la même démarche pourrait être suivie en relation avec les programmes de recherche de la thématique 1 « Durabilité des dynamiques urbaines ».

Enfin, prenant en compte les différents acteurs de la migration internationale, on s’intéressera aux conséquences des différentes politiques sur la dynamique des flux migratoires et sur l’orientation des transferts, qu’il s’agisse des politiques migratoires, des politiques de décentralisation, des politiques d’aménagement territorial, des politiques foncières ou encore des politiques de lutte contre la pauvreté. En particulier, tant du point de vue des groupes sociaux que des institutions locales de la région d’origine, l’analyse portera sur leurs capacités respectives à capter la rente migratoire (et les autres ressources extra-locales) et sur l’impact des projets qu’ils mettent en œuvre.

Pour de nombreux pays du Sud, tant parmi les pays les moins avancés que parmi les pays émergents, les remises constituent aujourd’hui une des toutes premières, sinon la première, ressources extérieures. L’économie de la migration internationale génère des espaces régionaux interdépendants, aussi l’évolution de leurs systèmes d’activités et sociaux respectifs sous l’effet des échanges intergénérationnels, exige-t-elle de nouvelles formes de négociation et de nouveaux accords entre les pays concernés.
La recherche sur l’interdépendance des territoires du Sud et du Nord et plus généralement l’approche spatiale de la migration internationale sont encore insuffisamment développées, aussi l’objectif global du projet est-il, à travers un séminaire international et pluri-annuel de recherche, d’ouvrir un espace de confrontation inter-disciplinaire et inter-institutionnel des recherches sur l’impact territorial des migrations internationales à différentes échelles (nationale, régionale et locale), ici et là-bas.